Comment fonctionne une horloge électrique ?

En 1840, Alexander Bain considéré comme un pionnier de l’horlogerie électrique développe le tout premier prototype de l’horloge électrique. Contrairement aux horloges mécaniques qu’il faut remonter à intervalles de temps réguliers pour assurer l’apport en énergie nécessaire aux oscillations du pendule, les horloges électriques reçoivent leur énergie via une pile alimentant un électro-aimant qui fait osciller le pendule. L’avantage étant d’avoir un pendule qui ne s’arrête pas car ces oscillations sont entretenues par l’électricité.

Horloge électrique : un peu d’histoire

Les découvertes industrielles du 19ème siècle au rang desquelles la découverte de l’électricité a révolutionné la vie humaine. Le domaine de l’horlogerie n’a pas été épargné par cette révolution.

Dès les années 1840, les horloges électriques font leur apparition dans le quotidien des populations. Ils présentent un double avantage : ils permettent la suppression du remontage manuel jusque-là en cours avec les horloges mécaniques d’une part et ils offrent également la possibilité de transmettre l’heure à distance.

Horloge électrique : principe de fonctionnement

L’horloge du fabricant Romanet est le cas le plus simple d’une horloge à remontage électrique. Cette horloge ne nécessite pas d’être remontée manuellement car son ressort ou sa masse oscillante est remonté à l’aide d’un moteur électrique à intervalles de temps réguliers.

D’autres horloges comme par exemple l’horloge « Bulle-Clock » ou « Hipp/Ato » fonctionnent sur le même principe mais en un peu plus sophistiqué. Pour ces pendules, l’électricité agit directement sur l’organe régulateur qu’est le pendule ou le balancier spiral en maintenant constant l’amplitude des oscillations. De cette façon, les oscillations sont entretenues et techniquement le pendule ne s’arrête jamais.

Fonctionnement simplifié de l’horloge électrique

 Dans la pratique comment ça marche : lorsque le balancier est à sa position d’équilibre (position zéro de l’oscillation), il bloque un contact de platine. Ce blocage a pour effet d’exciter la bobine et de donner une impulsion légère à l’aimant au bas de la tige.

Dès lors l’oscillation du balancier s’enclenche entrainant un cliquet situé au-dessus de celui-ci et ainsi faire avancer le mouvement. Ce mouvement offre une précision légèrement supérieure à celle d’une horloge classique à la condition que le contact soit en parfait état de fonctionnement.

Horloge électrique comme moyen de synchronisation de l’heure

Il apparaît clairement jusqu’ici que toutes ces horloges électriques dans leur diversité gardent le même mode de fonctionnement que n’importe quelle horloge mécanique. L’électricité a seulement le mérite d’avoir supprimé la fastidieuse tâche du remontage et ainsi apporter un certain confort d’utilisation.

Le réel avantage de l’horlogerie électrique réside dans la possibilité de synchronisation. En d’autres termes, pouvoir transmettre à distance les informations horaires vers d’autres horloges. Dans ce cas, on dispose d’une horloge centrale qui par un courant électrique agit sur des horloges réceptrices situées à distance. Une surveillance régulière et assidue de l’horloge électrique centrale permet d’avoir la même heure sur tout le réseau des horloges secondaire.

Ce système révolutionnaire a eu de nombreuses applications notamment dans le domaine ferroviaire et industriel. Il était dès lors très aisé de diffuser la même heure à différents endroits. Malgré les avantages évidents de l’horloge électrique, elle a très rapidement cédé la place aux montres à quartz qui ont fait leur apparition sur le marché vers la fin des années 1960.